Le pouvoir de la créativité


Le pouvoir de la créativité

Si vous avez récemment utilisé un "Post-It", fait un trajet en voiture avec Uber ou Lyft, franchi des portes à ouverture automatique ou simplement cliqué sur la souris de votre ordinateur et navigué sur l'internet, vous devez beaucoup, directement ou indirectement, à Edward de Bono, un scientifique dont les champs d'intérêt se sont étendus bien au-delà de ses études initiales en médecine et en psychologie. Décédé en juin dernier, Edward de Bono a laissé derrière lui un héritage principalement marqué par ses travaux sur ce qu'il appelait la «pensée latérale».


La pensée latérale est désormais un terme standard pour décrire les techniques permettant de libérer la créativité et de générer de nouvelles idées. Son contraire, la «pensée verticale», est ce que M. de Bono a fini par considérer comme un obstacle au progrès humain, en raison de sa dépendance excessive à l'égard de la logique pure et de l'utilisation de ce qui a déjà fonctionné dans le passé comme principale ligne directrice pour trouver des solutions aux problèmes actuels.


De Bono a écrit de nombreux livres. Le plus utilisé dans le monde des affaires est son «Six Thinking Hats», un classique qui sert de base à de nombreux programmes de formation. En fait, il recommande aux personnes qui cherchent de nouvelles opportunités ou des solutions à des problèmes d'utiliser six styles de pensée, chacun ayant son propre «chapeau» de couleur différente



Quelle est la «vue d’ensemble», quelles sont nos priorités ?

Rassembler et examiner tous les faits pertinents. Comment nous sentons-nous par rapport à tout ce dont nous discutons ?

Quelles sont nos émotions ?

Quels sont les avantages et les inconvénients ? Jouons à l'avocat du diable. Quelles sont les bonnes idées dont nous discutons ?

Que devrions-nous faire spécifiquement à la suite de nos discussions et de nos échanges ?


Il a recommandé aux participants de ne pas nécessairement utiliser ces styles dans un ordre rigide, mais de les utiliser de manière itérative, au fur et à mesure que la discussion progresse ou, comme c'est parfois le cas, régresse. Une autre idée cruciale était de ne pas adopter trop rapidement le chapeau noir de l'avocat du diable, car cela conduit souvent à l'élimination de nouvelles idées prometteuses avant que leurs avantages puissent être discutés.


De grandes organisations, telles que Du Pont, Federal Express, Seimans, 3M et bien d'autres ont adopté et adapté leurs idées dans leurs pratiques commerciales. Seimans, par exemple, attribue à la pensée latérale le mérite de réduire de 50 % le temps de développement des produits. L'histoire du développement du Post-It par 3M est désormais un classique du monde des affaires. La culture de l'entreprise encourageait un directeur de laboratoire à poser sans cesse la question «quelqu'un voit-il l'utilité d'une colle qui ne colle pas trop bien ?». Après bien des refus et du scepticisme, un collègue travaillant dans une division complètement différente a eu l'idée du Post-It et le reste, comme on dit, appartient à l'histoire.


Nous constatons dans nos programmes de leadership que la pensée latérale est l'une des compétences que nos leaders les plus efficaces utilisent régulièrement et, plus important encore, qu'ils encouragent leurs équipes à l'utiliser. Nous mesurons également la capacité d'un leader à utiliser la pensée latérale avec les profils de Human Synergistics® tels que Leadership WorkStyles® et Leadership/Impact®.


Bien entendu, la capacité à imaginer des idées créatives et innovantes n'est pas la seule compétence qu'un leader doit être capable d'utiliser. Il faut également être capable de planifier et d'organiser, et de motiver les individus et les équipes à coopérer et à fournir les nouveaux produits et services. Mais la pensée latérale est, à bien des égards, la compétence clé dont les dirigeants ont besoin pour faire avancer leurs équipes vers l'avenir.



1 vue0 commentaire